Les questions que vous vous posez… en maternité

Informations générales

Quel est le niveau de prise en charge de la maternité ?

L’hôpital Louis Mourier possède une maternité de type III, cela signifie qu’il existe au sein de l’établissement :

– une unité obstétrique
– une unité de néonatalogie
– une unité de réanimation néonatale
Il permet d’assurer le suivi médical et l’accompagnement adapté des grands prématurés ou des bébés présentant de graves détresses vitales.

Une réanimation maternelle permet la prise en charge et la surveillance rapprochée de pathologies sévères survenant chez la femme enceinte ou dans les suites immédiates de l’accouchement.

Y a-t-il un pédiatre, un anesthésiste, un gynécologue 24h/24 et 365j/365 ?

Oui, l’équipe de garde comprend un pédiatre, un anesthésiste et un gynécologue-obstétricien sénior, des sages-femmes et un gynécologue en formation (interne de spécialité), sur place jour et nuit, tous les jours, y compris les week-ends et les jours fériés.

Centre Hospitalier Universitaire : qu'est-ce que cela change pour moi ?

Notre pôle Femme-Enfant a des missions d’enseignement et de recherche. Ces activités visent à améliorer toujours plus la qualité des soins au quotidien.

Enseignement :
De nombreux étudiant-e-s et stagiaires sont présents pour observer, apprendre leur métier et participer à vos soins. Ils portent une identification et doivent se présenter. Vous avez le droit de refuser qu’ils vous examinent. Sachez qu’ils apportent une aide à l’équipe qui contribue à la sécurité de vos soins.
Quant aux internes, il s’agit de jeunes médecins ayant déjà validé leurs études médicales et qui sont en cours de spécialisation. Ils participent directement aux soins.

Recherche :
Nous menons de nombreuses recherches médicales, toujours dans le strict respect de la réglementation qui protège le secret médical (notamment approbation par la CNIL, Commission nationale informatique et libertés). Elles correspondent à divers types d’études.
Les unes portent sur les innovations, notamment sur des traitements. De telles études sont très encadrées (Comité de Protection des Personnes) et nécessitent votre consentement écrit.
D’autres études portent sur des données déjà présentes dans les dossiers médicaux. Il s’agit en général d’analyser les résultats des soins sans intervenir, pour les améliorer dans l’avenir. Vous avez le droit de vous opposer à l’utilisation de vos données médicales pour ces études.
Enfin, nous menons des enquêtes par questionnaires, que vous êtes libres d’accepter ou de refuser.

En aucun cas vous ne serez un « cobaye ». L’enseignement et la recherche participent à l’effort d’excellence de notre centre.

Y a-t-il des chambres individuelles ?

La maternité dispose uniquement de chambres individuelles (avec placard, prévoir jeton ou pièce de 1€) équipées de cabinets de toilette avec douche et de tables à langer pour les nouveau-nés.

Quels sont les horaires de visite ?

Les visites sont autorisées de 13h00 à 20h00.
La présence d’enfants de moins de 15 ans n’est pas autorisée dans les services d’hospitalisation de gynécologie et d’obstétrique.
Le nombre de visite auprès d’une femme hospitalisée est limité à 2 personnes.

Ces mesures sont faites pour préserver et assurer le repos des patientes et des nouveau-nés, éviter les risques d’infections, donner du temps pour les soins et les visites des médecins.
Le temps d’hospitalisation est très court, les visites peuvent se faire dès le retour à domicile.

Deux exceptions :
– les visites pour le père du nouveau-né sont autorisée de 7h00 à 21h00
– les frères et sœurs du nouveau-né, s’ils ne sont ni contagieux ni malades, peuvent venir faire connaissance avec le bébé et embrasser leur maman aux heures habituelles des visites (de 13h00 à 20h00).

Quels sont les taux d'épisiotomies et de césariennes ?

Le taux d’épisiotomie chez la primipare en 2013 était de 18 %, très en dessous de la moyenne nationale de 44 %.
Le taux de césarienne était de 22 %, proche de la moyenne nationale de 21%.

La grossesse

Que faut-il apporter lors de votre 1er rendez-vous à la maternité ?

Les documents administratifs qui vous seront demandés à la première consultation sont :
– une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport) et/ou votre carte de séjour
– votre carte vitale et attestation ou attestation CMU ou d’Aide Médicale d’Etat
– votre carte d’adhérent à une mutuelle (si vous en avez une)
– une attestation de domicile

Le consultant, médecin ou sage-femme a besoin de prendre connaissance de :
– la lettre de votre médecin traitant (si vous en avez une)
– les résultats d’examens que vous avez déjà faits : rubéole, toxoplasmose, échographies, carnet de vaccinations
– votre carte de groupe sanguin
– les comptes-rendus d’hospitalisations ou d’événements médicaux importants qui sont en votre possession

Dans quel cas dois-je me présenter aux urgences ?

Quel que soit le terme de votre grossesse, vous devez vous présenter aux urgences :
– si vous perdez du liquide ou du sang
– si vous avez de la fièvre > à 38°
– si vous ne sentez plus le bébé bouger depuis 12h
– si vous ressentez des contractions utérines (votre ventre se durcit)

Les contractions utérines sont présentes pendant la grossesse, mais avant le début du 9ème mois, elles ne doivent être ni douloureuses ni régulières. Une consultation aux urgences permet d’éliminer un risque de menace d’accouchement prématuré.
A terme, après 37 SA ou dans le 9ème mois, les contractions utérines sont normales. Il est conseillé d’attendre qu’elles soient régulières, douloureuses et présentes toutes les 5 minutes depuis au moins 2 heures pour un premier bébé.

Que dois-je faire si j'arrive à mon terme et que je n'ai toujours pas accouché ?

Lors de la dernière consultation de fin de grossesse, la sage-femme ou l’obstétricien vous indiquent la date de votre terme.
Le jour de votre terme, un rendez-vous est prévu. Si ce jour est en semaine vous serez reçue par une sage-femme aux explorations fonctionnelles qui se situent en consultation au 1er étage de la maternité. Si votre terme est un samedi, un dimanche ou un jour férié, vous serez reçu par une sage-femme aux urgences qui se situent au rez-de-chaussée.

Cette consultation permet de s’assurer de la bonne vitalité de votre bébé grâce à un enregistrement du rythme cardiaque fœtal et d’une échographie. La maturité de votre col est apprécié au cour de l’examen gynécologique.
Si tous les examens sont rassurants, vous rentrerez chez vous. La surveillance de la grossesse se fait toutes les 48h avec un rendez-vous pour une surveillance 48h après.

Vous serez également examinée, et si votre col n’est pas favorable et que les examens sont rassurants vous rentrerez à la maison avec un rendez-vous pour une surveillance 48h après.
Vous serez déclenchée au maximum 1 semaine après le jour du terme.

Pourquoi suivre les cours de préparation à la naissance ?

La préparation à la naissance est un temps d’information et d’apprentissage spécifique à vos demandes et adaptée à la maternité de votre choix.
C’est un lieu de rencontre avec des femmes enceintes, des futurs pères, mais aussi avec notre équipe.
Elle se déroule en salle de préparation au rez-de-chaussée de la maternité. Elle permet de visiter les lieux, de se rassurer et de prendre conscience de ce que vous attendez de votre accouchement ainsi que de ce que la maternité peut vous offrir.

Qu'est-ce qu'un projet de naissance ?

La rédaction d’un projet de naissance par les futurs parents est un moyen simple de vous approprier le moment unique de la venue au monde de votre bébé.
Ce document vous encourage à vous sentir davantage décisionnaire et moins démunis face au corps médical.
Il devient un support de communication entre le couple et l’équipe médicale, le projet de naissance sert de base de discussion avec les équipes de la maternité. L’idéal est qu’il soit discuté avec la sage-femme ou le gynécologue qui suit votre grossesse. Certaines de vos demandes correspondent déjà aux pratiques du service qui vous prend en charge et il sera alors facile d’y répondre. Pour les autres, il sera discuté avec vous les modalités selon lesquelles vos demandes pourront être respectées ou non, en fonction de nos impératifs médicaux et de l’organisation du service.
Ce projet sera intégré à votre dossier afin d’être disponible pour l’équipe qui vous accueillera et vous prendra en charge le jour de votre accouchement .

L’accouchement

Avant d’arriver à la maternité, que dois-je mettre dans ma valise aussi bien pour mon bébé que pour moi ?

Pour la salle de naissance :
Un petit sac contenant le trousseau de naissance de bébé : body / pyjama / turbulette / chaussettes / bonnet et brassière en laine.

Pour vous : une chemise de nuit, un peu de lecture ou de musique, une boisson sucrée non gazeuse.

Pour le papa quelque chose de sucré à manger (des barres de céréale par exemple) et également de quoi s’occuper.

Pour le séjour en maternité :
Pour le bébé : au moins 3 bodys et 3 pyjamas, 1 paquet de couches, 1 turbulette de rechange, 3 paires de chaussettes, des bavoirs. En cas de césarienne, vous pouvez multiplier ces quantités par 2.

Pour vous : certaines mamans ramènent leur propre oreiller ou corpomed, une lampe de chevet afin de disposer d’une lumière tamisée lors des réveils nocturnes.
Dans votre valise, n’oubliez pas de prévoir un paquet de serviettes périodiques ultra absorbantes.

Si vous souhaitez allaiter votre enfant, l’équipe pourra vous conseiller sur le matériel adéquat si cela est nécessaire (bout de seins en silicone, crème contre les crevasses…).
Pour les mères qui souhaitent un allaitement artificiel, le lait est fourni durant le séjour.

Le papa peut-il être présent en cas de césarienne ?

Lors d’une césarienne programmée, il vous suffira d’en parler à l’avance avec l’obstétricien. Sauf cas particulier, la présence du papa est autorisée au bloc opératoire auprès de vous. Après la naissance de l’enfant, il accompagnera la sage-femme pour les soins du nouveau-né. C’est après une surveillance de 2 heures minimum que toute la famille se retrouve dans la chambre de suite de couches.

Dans le cas d’une césarienne en urgence, seule l’équipe de garde est habilitée à prendre cette décision.

C'est mon 1er accouchement, l'épisiotomie est-elle systématique ?

Non l’épisiotomie n’est pas systématique.
Nous essayons d’en limiter au maximum le nombre, mais dans certaines circonstances celle-ci peut être nécessaire.
Les raisons qui conduisent à réaliser une épisiotomie sont variables. Il est difficile de prévoir avant l’accouchement si l’on va devoir en réaliser une. Parmi ces raisons, on peut citer par exemples un périnée très tonique avec un bébé qui reste bloqué, des anomalies du rythme cardiaque fœtal qui nécessitent d’accélérer l’accouchement.
S’il est nécessaire de réaliser une extraction par un instrument, le risque d’épisiotomie est plus élevé.

Est-ce que j'aurai forcément une épisiotomie si j'en ai eu une à mon 1er accouchement ?

Non, le taux d’épisiotomie est nettement plus bas chez les patientes ayant déjà accouché par les voies naturelles.
En effet, le périnée est plus souple et laisse plus facilement descendre la tête du nouveau-né
D’autre part, le taux d’extraction par instrument, qui est le principal facteur associé à la réalisation d’une épisiotomie, est également moins important pour un second bébé que pour un premier.

Le séjour

Télévision, téléphone, internet

La télévision et le téléphone sont gérés par une société extérieure à l’hôpital.
Un bureau d’accueil se situe dans le hall principal de l’hôpital.
Un numéro de téléphone direct est également disponible.
Il n’y a pas de WIFI disponible dans les chambres.

Qu'est-ce qu'une chambre kangourou ?

La chambre kangourou est une chambre liée au service de néonatologie mais qui se situe dans le secteur d’hospitalisation de la maternité.
Elle permet de garder les bébés qui nécessitent une hospitalisation de courte durée (par exemple : antibiothérapie, enfant de petit poids, ictère), tout en permettant à la mère de rester hospitalisée avec son enfant.
Il existe 6 chambres de ce type.

Y a-t-il une pouponnière pour garder mon enfant la nuit ?

Pour favoriser le lien mère-enfant, il est recommandé de ne pas séparer la mère de son enfant. C’est pourquoi les mères gardent leur enfant la nuit avec elles.
Néanmoins, dans quelques circonstances particulières, certaines femmes peuvent ne pas être en mesure de garder leur enfant la nuit.
C’est donc alors le rôle du personnel de suppléer dans cette situation.

Si je veux rester moins de 3 jours, est-ce possible ?

Si votre état de santé et celui de votre enfant le permettent vous pouvez effectivement sortir précocement. Cette décision sera prise par l’équipe soignante au moment de l’hospitalisation.
Une sage-femme libérale doit pouvoir passer vous voir à domicile pour faire le test de Guthrie (voir définition), vérifier le poids de l’enfant et répondre à vos questions. Il est donc nécessaire de prendre contact avec cette sage-femme avant votre accouchement.

Qu'est-ce que le test de Guthrie ?

Chez tous les nouveau-nés et dans toute la France, sont recherchés des maladies congénitales (= de naissance) qui sont relativement rares. Si ces maladies sont diagnostiquées précocement, cela améliore grandement la vie des bébés et leur évite des complications graves. C’est pourquoi elles sont réalisées systématiquement chez tous les nouveau-nés après accord des parents. Le test consiste à prélever quelques gouttes de sang sur un papier buvard préalablement rempli de vos coordonnées. Ce test est réalisé au-delà de 72 heures de vie du nouveau-né et avant le 5ème jour. Les maladies recherchées sont les suivantes :
– Phénylcétonurie : maladie génétique avec trouble de la transformation d’un acide aminé, la phénylalanine, qui par conséquent s’accumule dans l’organisme (accumulée en quantité suffisante pour être détectable qu’au delà de 72 heures).
– Hyperplasie des surrénales : maladie génétique responsable d’une anomalie enzymatique associée à un défaut de synthèse du cortisol et à un excès de synthèse des androgènes par les surrénales.
– Hypothyroïdie : déficit en hormones thyroïdiennes.
– Drépanocytose : maladie génétique responsable d’une malformation de l’hémoglobine (recherchée uniquement sur certains facteurs de risque liés aux origines ethniques des parents).
– Mucoviscidose : maladie génétique entraînant une accumulation du mucus dans les voies respiratoires. La fréquence est de 1/2500 naissances. En cas de test initial positif, une recherche directe d’anomalies du gène responsable de la maladie est réalisée qui nécessite d’avoir votre consentement écrit. Le prélèvement est alors envoyé à l’hôpital Necker et la réponse arrive sous 14 à 21 jours.

En cas de test négatif, c’est-à-dire aucune maladie dépistée, les parents ne reçoivent pas de réponse. En cas de doute, ou de prélèvement insuffisant, les parents sont recontactés par le service.

Quelle surveillance particulière est mise en place pour mon bébé ?

Quotidiennement, le personnel soignant veille à :
– la fréquence des tétées au sein ou au biberon
– la fréquence et l’aspect des selles et des urines
– la prise de poids
– l’éventuelle apparition de l’ictère (jaunisse)
– la pratique du bain ainsi que les soins du visage (yeux et nez)
– le comportement de votre enfant