Qu’est-ce que le diabète gestationnel ?

Qu’est-ce que le diabète gestationnel ?

On vous a annoncé que vous avez un diabète de grossesse, ou diabète gestationnel. Cela signifie que vous avez un taux de sucre dans le sang (glycémie) trop élevé. Contrairement aux diabètes qui existent avant la grossesse, le diabète gestationnel n’est pas une maladie, d’ailleurs il n’entraîne aucun symptôme, mais il est un facteur de risque de complications dont il faut s’occuper. C’est une situation fréquente, touchant environ une femme enceinte sur 9 en France. Pas de panique ! Avec un diabète équilibré et un suivi adapté, tout va bien se passer !

 

Quels sont les principaux risques pour mon bébé et pour moi ?

Le risque le plus important pour votre bébé, c’est la macrosomie, c’est à dire un poids de naissance trop important, supérieur à 4 kg, qui peut entraîner un accouchement difficile et des complications comme la dystocie des épaules. Pour la future maman, le risque le plus important est la pré-éclampsie ou toxémie gravidique (associant hypertension artérielle, œdèmes, prise de poids rapide).

Cependant, il peut parfois s’agir d’un diabète pré-existant méconnu, ce qui comporte plus de risques qu’un simple diabète de grossesse.

 

Quelles sont les causes ?

Les changements hormonaux de la grossesse entraînent une résistance à l’insuline, surtout à partir du 6e mois de grossesse. Certaines femmes sont prédisposées, pour des raisons génétiques et métaboliques, a avoir une augmentation du taux de sucre dans le sang.

 

Quels sont les traitements du diabète gestationnel ?

Tout repose sur l’autosurveillance. A l’aide d’un lecteur de glycémie qui vous sera fourni (gratuitement), vous allez mesurer votre taux de glycémie 4 à 6 fois par jour (« dextros »).

Votre objectif sera de garder jusqu’à la fin de votre grossesse une glycémie inférieure à 0,95 g/L à jeun et inférieure à 1,2 g/L deux heures après le début du repas (glycémie post-prandiale).

Le premier traitement du diabète gestationnel est diététique. Il ne s’agit pas d’une diète amaigrissante, mais d’une alimentation adaptée : Diabète gestationnel et diététique. Une séance d’éducation thérapeutique est proposée en groupe, tous les vendredi après-midi avec la diététicienne et une infirmière http://hupnvs.aphp.fr/maternites/service-de-dietetique-en-maternite/.

Vous pourrez ensuite avoir une la prise en charge personnalisée, avec calcul de la ration calorique, répartition de la prise de glucides au cours de la journée (3 repas, 2 collations), en privilégiant les éléments à faible index glycémique (qui font peu monter la glycémie). La prise de fibres est également importante car elles ralentissent l’absorption des glucides et donc le pic d’hyperglycémie post-prandiale (après le repas).

Si vous n’avez pas de contre-indication obstétricale, il est conseillé de pratiquer une activité physique adaptée, environ 30 minutes 3 à 5 fois par semaine.

L’insuline est nécessaire seulement si les mesures hygiéno-diététiques ne suffisent pas pour atteindre l’équilibre glycémique.

 

Le suivi de la grossesse est-il modifié ?

D’un point de vue obstétrical, si le diabète est bien équilibré, le suivi de votre grossesse ne sera pas très différent de celui d’une femme non diabétique, à moins d’une complication telle que l’hypertension artérielle.

Une échographie supplémentaire pourra être faite en fin de grossesse pour estimer le poids de votre bébé.

Si votre diabète est difficilement équilibré, vous serez adressée à une consultation de diabétologie.

En cas de diabète mal équilibré ou d’autres facteurs de risques, le suivi sera plus rapproché, on fera des monitorings du fœtus.

 

Quel est l’impact du diabète gestationnel sur mon accouchement ?         

Si le diabète gestationnel est bien équilibré et qu’il n’y a pas de complication, l’accouchement peut se dérouler normalement. Il n’y a pas de nécessité de déclencher systématiquement l’accouchement avant terme en l’absence de déséquilibre du diabète ou autre risque.

Une césarienne sera proposée si le poids de votre bébé est estimé à plus de 4,5 kg.

En cas de diabète gestationnel déséquilibré, un déclenchement avant terme sera envisagé, dans la mesure du possible après 39 SA (semaines d’aménorrhée) en tenant compte des risques et bénéfices pour vous et pour votre enfant.

 

Et après la naissance ?

Pour le nouveau-né, le risque principal est l’hypoglycémie, surtout si vous avez reçu de l’insuline ou si le bébé a un très petit ou un très gros poids de naissance. Votre bébé doit être nourri le plus tôt possible après la naissance et toutes les 2-3 heures, de préférence au sein. Sa glycémie sera surveillée, en l’absence de signes cliniques d’hypoglycémie, juste avant la tétée, à partir de la 2e tétée.

Parfois, le diabète gestationnel est révélateur d’un diabète antérieur. Votre glycémie sera surveillée afin de vérifier que le diabète disparaît, ce qui est le plus fréquent. Vous sortirez de la maternité avec une ordonnance pour faire une prise de sang avant la visite postnatale, 1 mois ½ après l’accouchement, pour contrôler la glycémie à jeun.

Dans les années à venir, vous aurez un risque de développer un diabète de type 2, on vous conseille d’en parler avec votre médecin traitant. Pour réduire ce risque, il est important de continuer après la grossesse à avoir une alimentation équilibrée, de contrôler son poids et de pratiquer une activité physique régulière.

Attention, le diabète gestationnel récidive environ dans la moitié des cas lors des grossesses ultérieures.

 

Liens utiles
Association Française des Femmes Diabétiques (AFFD) : https://www.federationdesdiabetiques.org/information/diabete-gestationnel

Plateforme de suivi télé-médical consacrée au suivi du diabète gestationnel MyDiabby

Pour un soutien entre femmes confrontées à la même chose que vous, découvrez le forum de l’Association Française des Femmes Diabétiques