Le Département Hospitalo-Universitaire (DHU)

Le Département Hospitalo-Universitaire (DHU)

Logo DHU Risques et Grossesse

 

 

La maternité Louis-Mourier fait partie du Département Hospitalo-Universitaire (DHU) « Risques et grossesse ». Ce DHU rassemble des équipes cliniques, des laboratoires et des structures de recherche pour progresser dans la connaissance et la prise en charge des grandes pathologies périnatales qui ont des conséquences chez la mère ou l’enfant.

Il a été créé en 2012, suite à un appel d’offre organisé par l’AP-HP en 2011. Huit DHU sur 37 candidats ont été créés et labellisés par l’INSERM, les universités et l’AP-HP.

url

Le DHU « Risques et grossesse » rassemble des équipes pour progresser dans la connaissance et la prise en charge des grandes pathologies périnatales qui ont des conséquences chez la mère ou l’enfant :

La prématurité,

Les pathologies vasculaires de la grossesse (pré-éclampsie, retard de croissance intra utérin),

Les pathologies liées aux infections et à l’inflammation,

Les pathologies liées à la précarité quelle qu’en soit la cause (conditions socio-économiques, addictions etc.),

La pharmacologie périnatale.

Quatre centres périnataux du DHU (Cochin-Port Royal, Louis Mourier, Bichat et Beaujon) regroupent 80 médecins et 170 sages-femmes qui réalisent plus de 13.000 naissances annuelles. A ces structures cliniques s’associent des services de biologie hospitalière dont 20 % de l’activité est dédiée à la périnatalité. En outre, 85 internes et 325 externes sont formés chaque année dans ces structures hospitalo-universitaires. Les enseignants de ces équipes dirigent de nombreuses formations dédiées à la périnatalité (DES de Gynécologie-Obstétrique, nombreux DU et DIU, Ecole de Sages-femmes). Enfin, le DHU associe huit équipes de recherche reconnues sur le plan international, regroupant 92 chercheurs statutaires et 15 chercheurs contractuels. Ces équipes forment 50 doctorants (PhD) et sont d’un apport décisif pour la formation à la recherche des cliniciens.  Enfin, deux Centres d’investigation clinique (CIC) permettent d’apporter un soutien logistique essentiel à la recherche translationnelle du DHU.

Une tradition ancienne de recherche expérimentale, épidémiologique et clinique dédiée aux pathologies de la mère et de l’enfant existe sur le site Cochin. La création du DHU permet de mieux structurer les collaborations existantes et de les élargir à d’autres équipes, en particulier sur la pathologie infectieuse et inflammatoire, la pharmacologie périnatale et l’évaluation de la précarité et de ses conséquences.

Chacun des axes de recherche développés bénéficie d’une dimension diagnostique, pronostique (développement de nouveaux biomarqueurs) et thérapeutique (thérapeutiques déjà utilisées ou nouvelles en termes d’efficacité que de toxicité) en s’appuyant sur des structures de recherche clinique (CIC) et épidémiologique (U953) dédiées.

Le DHU « Risques et grossesse » rassemble ainsi plusieurs atouts pour dynamiser la recherche et les collaborations avec des partenaires industriels :

– La femme enceinte et le nouveau-né sont des enjeux majeurs de santé publique

– L’industrie est peu impliquée dans le domaine périnatal alors que les besoins sont immenses.

– Les équipes du pôle de biologie et les laboratoires partenaires, possèdent l’infrastructure et la maitrise les technologies les plus avancées permettant de mettre au point et de valider en situation clinique de nouveaux biomarqueurs, de nouveaux outils diagnostics.

– Les deux équipes de pharmacologie périnatale et pédiatrique ont une expertise unique pour tester de nouveaux médicaments chez la femme enceinte et le nouveau-né.

– Les deux CIC sur le site de Cochin permettent de mettre en place rapidement des essais cliniques.

– Le DHU bénéficie de la plus grosse unité d’épidémiologie française dédiée à l’étude des pathologies de la mère et de l’enfant

– Enfin, les équipes périnatales permettent d’une part de poser les questions pertinentes rencontrées en pratique clinique, et d’autre part de rassembler rapidement des cohortes de patients.

Les problèmes éthiques et organisationnels liés à la réalisation d’essais chez la femme enceinte et le nouveau-né ont jusqu’alors limité l’implication de l’industrie pharmaceutique dans le développement de tests ou de traitements dans cette population à risque. Le DHU est à même de lever ces freins d’une part en apportant une expertise médicale et épidémiologique unique dans tous les domaines de la périnatalité et d’autre part en apportant aux partenaires industriels toute l’infrastructure et l’expérience des unités de recherche expérimentale, épidémiologique et clinique dédiées aux pathologies de la mère et de l’enfant.

Site du DHU Risques et Grossesse

Organisation DHU Risques et Grossesse

Comité directeur :

F Goffinet (Directeur, Gynécologue Obstétricien, Université Paris Descartes, Cochin),

L Mandelbrot (Education, Gynécologue Obstétricien, Université Paris Diderot, Louis Mourier),

C Poyart (Recherche, Bactériologiste, Université Paris Descartes, Cochin),

PH Jarreau (Soins, Néonatologiste, Université Paris Descartes, Cochin),

V Tessier (Coordinatrice, Sage-Femme),

E Azria (Gynécologue Obstétricien, Université Paris Diderot, Bichat),

F Batteux (Immunologue, Université Paris Descartes, Cochin),

Briant (Médecin épidémiologiste, IRD, UMR 216 – Université Paris Descartes, Faculté de Pharmacie)

E Jacqz-Aigrain (Pharmacologue, Université Paris Diderot, Robert Debré)

G Kayem (Gynécologue Obstétricien, Université Paris Diderot, Louis Mourier),

D Luton (Gynécologue Obstétricien, Université paris Diderot, Beaujon-Bichat),

Céline Méhats (Chercheur, Génomique, Epigénétique et Physiopathologie de la Reproduction, Université Paris Descartes, INSERM)

V Tsatsaris (Gynécologue Obstétricien, Université Paris Descartes, Cochin),

JM Tréluyer (Pharmacologue, Université Paris Descartes, CIC Necker-EM et Cochin),

D Vaimant (Génomique, Epigénétique et Physiopathologie de la Reproduction, Université Paris Descartes, INSERM, Institut Cochin).